Récit de voyage par Jean-Francois Leduc, fondateur de Café Saint-Henri.

C
'est au mois de mars 2009 que j’entreprenais mon premier voyage d'approvisionnement de café pour la compagnie que je rêvais de fonder. Elle verrait le jour deux ans plus tard: Saint-Henri micro-torréfacteur.

 

Ce premier voyage exploratoire avait pour but d’obtenir une compréhension, acquise sur le terrain, des différents aspects de l’agriculture du café: les variétés, les méthodes de récolte, les types de fermentation et de séchages, etc. Lors de ce voyage, j’ai parcouru le Guatemala, l’El Salvador, le Honduras, le Nicaragua, le Costa Rica et le Panama. Dans chacun de ces pays, j’ai visité plusieurs fermes produisant du café de spécialité, dans l’espoir d’acquérir un maximum de connaissances et, si la chance le permettait, d’établir une première relation d’achat avec des producteurs.

 

Aujourd’hui, j’ai l’énorme privilège de me retrouver, une fois de plus, sur l’une des fermes visitées il y a 10 ans, celle des Canales. Je l’avais à l’époque visitée car l’un de leurs lots certifiés biologiques avait remporté le premier prix de la Tasse d’excellence au Nicaragua, une première pour un café biologique. Depuis ce temps et selon les récoltes, j’ai continué d’acheter des lots appartenant à Milton et d’autres fois, à son frère Norman. Milton, l’aîné de la fratrie, m’a reçu sur sa ferme et dans sa maison plusieurs fois. Il y a 4 ans, j’ai à mon tour invité Milton chez moi à Montréal afin qu’il assiste à l’ouverture de notre succursale du Marché Jean-Talon. L’idée qu’un caféiculteur puisse participer à cet évènement et rencontrer nos clients était un rêve que je chérissais depuis longtemps.

 

Famille Canales en 2019

 

Pendant ces dix années, nos entreprises respectives et nos vies personnelles ont évoluées côte à côte: Saint-Henri est passé d’un seul café à 7 succursales ainsi qu’un quartier général. Les Canales, eux, ont acquis au fil des ans plusieurs nouvelles terres, de nouveaux patios de séchage et même, récemment, tout l’équipement requis afin de décortiquer, trier et ensacher leur propre café. Plusieurs enfants ont aussi vu le jour dans chacune de nos familles et vont probablement à leur tour s’impliquer dans leur entreprise familiale.

 

Cette année, les micro-lots que nous sommes venus sélectionner sont supérieurs de ceux des années précédentes. Ils sont très sucrés et dotés d’une belle acidité juteuse qui n’a pas toujours été aussi présente dans le passé. Ce résultat est en partie expliqué par une maturation plus longue des cerises sur les caféiers et par de nouveaux filets installés au-dessus des lits qui ralentissent le séchage des grains. Bien que je suis heureux de la récolte qui s’annonce pour 2019-2020, je suis encore plus fier du chemin parcouru avec eux et d’avoir surmonté les meilleures comme les moins bonnes années. Mon entreprise a, elle aussi, connu des années plus difficiles que d’autres, et à leur tour, les Canales étaient toujours au rendez-vous, peu importe la fluctuation des volumes que je pouvais me permettre de leur acheter.

 

 

Les termes « achats directs » et « cafés de relations » sont souvent utilisés sur la scène des torréfacteurs de cafés de spécialité mais il demeure encore beaucoup d’opacité au niveau de la traçabilité et de la qualité des relations entre torréfacteurs et producteurs. Je suis très fier d’avoir établi une relation aussi longue et une communication de qualité avec Milton et Norman, tout en leur offrant des prix justes nous permettant à tous d’opérer nos entreprises de façon viable. C’est une fondation qui nous sert de modèle à l’interne pour nos autres achats de cafés et qui, je l’espère, saura en inspirer d’autres.

 

Jean-François Leduc, 
et toute l’équipe de Saint-Henri qui rend l’aventure possible.

¡ Y ahora sigamos adelante para otro 10 años !

A travel story by Jean-Francois Leduc, the founder of Café Saint-Henri.

I
t was in the month of March 2009 that I took my first coffee sourcing trip for the company that I had dreamed of founding. It emerged two years later: Saint-Henri micro-torréfacteur.

 

The purpose of this first exploratory trip was to gain an understanding—acquired on the ground—of the different aspects of coffee farming: the varieties, the harvesting methods, the fermentation and drying processes, etc. During this trip, I travelled to Guatemala, El Salvador, Honduras, Nicaragua, Costa Rica, and Panama. In each of these countries, I visited several farms producing specialty coffee, in the hope of acquiring as much knowledge as possible and hopefully establish an initial purchasing relationship with a producer.

 

Today, I have the enormous privilege of once again finding myself at one of the farms that I had visited 10 years ago: the Canales farm. I had visited it at the time because one of their certified-organic micro-lots had won the Nicaraguan Cup of Excellence first prize—a first for an organic coffee. Since that time and according to the harvest, I have been buying micro-lots from Milton and others from his brother, Norman. Milton, the older brother, had welcomed me to his farm and to his home several times. 4 years ago, in return, I invited Milton to my home in Montréal to attend the opening of our café at the Jean-Talon Market. The idea that a coffee farmer could take part in this event and meet our customers was a dream that I had cherished for a long time.

 

Famille Canales en 2012

 

Famille Canales en 2019

 

For these past ten years, our respective companies and our personal lives have evolved side by side: Saint-Henri grew from a single café to 7, as well as a headquarters. The Canales family, meanwhile, acquired several new plots of land over the years, as well as new drying patios and—recently—all the equipment required to mill, sort, and bag their own coffee. Several children were also born and will probably get involved in the family business as well.

 

This year, the micro-lots that we have selected are superior to those from previous years. They are very sweet and have a nice juicy acidity that has not always been as present in the past. This result is partially explained by a longer ripening of the coffee cherries on the trees and by the newly installed nets above the beds, which slow the drying of the beans. Although I am happy with the harvest announced for 2019-2020, I am even prouder of the journey that we have taken together and of the fact that we have overcome the best years as well as the worst years. My company has also known years that have been tougher than others, and the Canales family has always been by our side, regardless of the fluctuations in the volumes that I could afford to buy from them.

 

 

The terms “direct trade” and “relationship coffee” are often used in the specialty coffee roaster scene, but there is still a lot of opacity in terms of traceability and the quality of the relationships between roasters and producers. I am very proud to have established such a long relationship and quality communication with Milton and Norman, while offering them beyond fair trade prices that allow us all to operate our businesses in a sustainable way. This is a foundation that serves as our internal model for our other coffee purchases and one that I hope will inspire others.

 

Jean-François Leduc, 
and the entire Saint-Henri team that makes this adventure possible.

¡ Y ahora sigamos adelante para otro 10 años !