N
Nous sommes tout juste de retour d’un séjour dans la région montagneuse et éloignée de Huehuetenango au Guatemala. C’était la toute première fois que Saint-Henri y mettait les pieds, et ce dans le but d’y visiter Patricia Perez et sa petite ferme de 5 hectares nommée El Diamante.

 

Patricia vit avec sa mère Auri et sa fille de 7 ans Iza dans leur petite maison simple, mais charmante donnant sur leurs patios de séchage. C’est suite au décès de son père il y a 14 ans qu’elle a repris la ferme, devenant la première femme à posséder une ferme dans la région. Ce n’est pas sans embûches qu’elle réussit à faire ce que plusieurs pensaient qu’elle n’arriverait pas à accomplir et elle opère aujourd’hui la plantation avec succès. Avec l’aide de Onyx Coffee, notre exportateur, elle arrive à vendre plus de 60% de sa production annuelle à des prix premiums.

Patricia Perez et sa fille

El Diamante est situé à flanc de montagne. Des plants de Caturra, de Bourbon et de Typica poussent à l’ombre de plusieurs arbres fruitiers: Citronniers, orangers, bananiers et abricotiers. Patricia a aussi récemment ajouté de petites parcelles avec du Geisha et du Maragogype. Quand je nous lui avons demandé quel était son plus grand challenge actuel, elle nous a parlé de l’entretien des routes. Les habitants de cette partie de Huehuetenango se doivent d’entretenir eux-mêmes les routes de terre en établissant des points de péage entre les villages et une taxe sur les sacs de cafés. Patricia doit donc payer environ 3$US par sac de cafés en parche afin de pouvoir les acheminer à Huehuetenango.

 

Patricia et sa mère sont très accueillantes. À notre arrivée, du pain fraîchement sorti du four nous attendait. Elle a ensuite entrepris de  faire le tour de ses lots avec nous afin de nous montrer en détail son procédé lavé double fermentation. Par la suite, elle nous a invités à souper avec un délicieux plat typique du Guatemala, le Pepian. Nous avons terminé le repas en dégustant sa propre torréfaction de son café ainsi que la nôtre, grâce au sac que nous lui avions apporté.

Patricia Perez et son café

De retour à Guatemala City, nous avons pu déguster plusieurs lots de sa ferme et nous nous sommes arrêtés sur un café sucré et floral aux notes de fruits rouges, de chocolat et de noisettes. De quoi saliver jusqu’à son arrivée au courant de l’été!